Interview Bénédicte - Passionnée de course et en préparation pour le Climate Trail
logos
You can view a simple and lightweight version of the website ,
loading
 

Climat Trail ®

Language:

  • English
  • Français
  • Nederlands
  • Deutsch
  • Español
  • Português

Interview Bénédicte

Publié le Thursday May 18th, 2017
Bénédicte Trail des cisterciens climatetrail

Sorry, this entry is only available in French. For the sake of viewer convenience, the content is shown below in the alternative language. You may click the link to switch the active language.

Au coeur de l’organisation du Climate trail; Bénédicte nous parle de sa joie de courir et des préparatifs de cet événement unique.

Le week-end du 7 mai se déroulait le trail des cisterciens, quelles sont tes impressions ?

Magnifique ! J’ai eu l’impression de faire un petit voyage tout en restant dans le Brabant wallon. Les organisateurs ont réalisé un parcours très varié ; le long de petits ruisseaux, des champs de colza à travers prairies et sapinières, empruntant chemins forestiers et sous-bois où se déroulent des tapis de fleurs bleues…

Quel a été le moment fort pour toi ?

Sans hésiter, la vue plongeante sur les ruines de Villers-la-Ville! Je mentionnerai aussi une ambiance conviviale et beaucoup d’amis coureurs au rendez-vous avec qui j’ai discuté du Climate-trail. Même si l’on court pour différentes raisons, on se retrouve sur deux passions : la course et la nature !

Comment te prépares-tu pour un trail?

Pas de secret à ce sujet: je m’entraine entre 4 à 5 fois semaine. Je varie les plaisirs entre sorties longues, côtes, fartlek et footing matinal. Le sommeil et l’alimentation sont d’importants facteurs surtout la veille d’une course. Je cours comme amateur à la recherche de sensations, j’aime être légère et finis toujours les courses tout en écoutant mon corps et ses limites.

Quel est ton conseil pour débuter la course ?

Y aller petit à petit et écoutez-vous ! Courir c’est quand tu veux, où tu veux, comme tu veux et à tout âge. J’ai bientôt 50 ans et pour moi c’est presque devenu vital. Je souhaite à tous d’expérimenter la sensation des endorphines se libérer dans le corps et le ressenti d’être en harmonie avec son environnement.

D’où te vient la passion de courir ?

J’y ai pris goût en Afrique à l’âge de 12-14 ans, ma maman organisait des balades dans les collines aux alentours de Kigali, et des ascensions de volcans dans la région du Kivu. Avec le groupe des jeunes ados, on trottinait en avant pour prendre nos distances. C’est au Portugal que je me suis lancée sur mes premiers semi-marathons  avec des amis et le Club Praia da Falesia. Et comme du semi-marathon au marathon il n’y a qu’un pas, j’ai terminé Séville, Barcelone, Amsterdam et six autres marathons européens. De retour en Belgique j’ai rejoint le James Club de Louvain-la-Neuve, courir dans les bois fut pour moi une nouvelle découverte. De là cet irrépressible besoin d’être en connexion avec la nature m’a mené aux chemins et sentiers du trail ces dernières années.

Aujourd’hui dès que je chausse mes chaussures de course à pied, je rentre dans une bulle de bonheur. La course m’apporte des sensations de joie, de liberté, d’immersion dans la nature. Cela fait un bien fou d’être à l’air libre aussi ! Et tant pis s’il pleut, vente ou neige!

Peux-tu nous parler du trail climat?

C’est un concept hors du commun : une course dans les plus beaux coins des Ardennes belges, des messages d’enfant venus du monde entier et une plantation d’arbres au Congo. Au-delà de la course, c’est un événement qui interpelle sur les défis d’aujourd’hui, rallie les énergies positives et invite à tous à passer à l’action.

Je suis interpellée personnellement par la cause du Congo : replanter des arbres dans le pays de mon enfance est une motivation de plus. La nature et tous ses bienfaits m’apportent tellement de bonheur que je me sens en quelque sorte redevable, j’aspire à contribuer à sa préservation.

Les dessins que l’on reçoit des enfants du monde entier sont révélateurs parfois criant de vérité. Je parle aussi en tant que maman, j’ai l’intention de laisser un monde avec de belles forêts aux êtres qui me sont les plus chers : mes enfants et petits-enfants.

Je suis très reconnaissante du soutien et de la contribution de tous les acteurs: les enfants, les coureurs, les planteurs… il y a un réel engouement et c’est très encourageant dans cette grande quête de la lutte contre le changement climatique.

Que souhaites-tu dire aux traileurs ?

Joignez-vous à nous ! Venez partager cette magnifique aventure où les valeurs font échos aux actions !

Il y en a pour tous les goûts pour célébrer la nature dans l’effort : 11km pour la ballade, 21km pour sentir ses mollets et 42km pour un défi de taille !

J’ai hâte d’être le jour J, le 19 août à Herbeumont ; tous rassemblés sur la ligne de départ, avec nos dessins d’enfants sur les dossards et de ressentir l’adrénaline positive se propager parmi nous. Fouler le sol d’une allure gaie sur le parcours du Climat-trail et se dire que de cette même terre en Afrique sortiront des arbres par milliers : des afromosias, des acacias, des manguiers, goyaviers et bien d’autres espèces.

De près ou de loin, aujourd’hui et demain c’est un geste à poser ensemble pour le bien de tous.